Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2017

Croire que tout est possible

DISSECTION (partie 2)

20 juin 2014

La routine tue le plaisir. Le temps est le pire ennemi de la passion.

Le cumul des années de mariage ne se fait pas sans tempêtes. Mais l’amour qui nous a réunis nous protège des cyclones destructeurs. Danny sait prendre le temps pour qu’ensemble nous cherchions des solutions acceptables. Nous apprenons le compromis, l’écoute, le lâcher-prise. Nous pansons nos blessures morales, tendons nos mains et continuons notre chemin de vie dans la même direction. Malgré la cruauté de certains employeurs d’aujourd’hui, nous gardons espoir. Je redoute de travailler plus si mon mari finit par se retrouver sans revenu. J’ai besoin d’un minimum de deux heures par jour pour poser mes idées sur le papier. Mon temps partiel dans une bibliothèque, entourée de livres neufs à traiter pour le prêt, me convient. Il associe mon amour des livres avec celui de les concevoir, une fois rentrée chez moi. Ces demi-journées m’appartiennent. Je les consacre à Francis et son univers bleu changeant. L’insécurité de notre avenir me perturbe, mais je m’applique à le dissimuler. Le chômage conduit parfois à la mort. Mon mari est solide. Il s’accroche. Il veut trouver du travail, si possible à la hauteur de ses compétences. Pas question de se brader. Malgré les brimades, la malhonnêteté et les multiples pressions psychologiques qu’il a connu depuis dix ans de boulots incertains, il croit encore, à cinquante-sept ans, qu’un emploi respectable l’attend. Je l’admire. Je voudrais bien avoir autant de ténacité. Avec lui, je suis déterminée à tenir le coup, jusqu’au bout, en espérant une issue heureuse. Nous avancerons à deux, coute que coute, plus soudés que jamais.

L’intolérance et les moqueries des gens égratignent le bel amour que Francis partage avec Wally. Comme moi, mon sous-marinier se réfugie dans ses rêves, ses petits délires, ses histoires. Il finit par croire qu’elles ont vraiment été vécues. Elles rejoignent de si près les événements insolites de son quotidien qu’il ne dissocie pas toujours le vrai du faux.

Il ne comprend pas d’où vient l’ambivalence de ses désirs. Il continue à regarder les femmes avec envie. Certaines le feraient presque regretter ce choix étrange de vivre avec un homo. Il imagine un monde idéal où Wally serait sa compagne. La transformation physique n’existe que dans les romans fantastiques et dans les légendes. Dans l’esprit de Francis, s’il peut guérir son corps, il peut donc agir sur la composition de ses cellules. Il arrive même à ressentir les éléments plus petits qui les composent. Il voit les particules s’agiter dans ce monde minuscule. Il pense qu’elles pourraient s’organiser autrement, selon sa volonté. Avoir la santé, c’est bien, mais pourquoi ne pas vivre pour un temps limité dans un corps différent ? Un poisson pour explorer les mers sans sous-marin, un oiseau pour voir au-delà de l’horizon... ? Juste pour continuer de croire que tout est possible. TOUT !

Mais ces dons extraordinaires ne passeront pas inaperçus. Ils vont susciter l’admiration, la sollicitation, l’envie, puis la convoitise. Des âmes faibles succomberont devant ses infinies possibilités. Francis deviendra leur proie. Victime de ses privilèges, il voudrait y renoncer, définitivement. Ce qui lui apportait lumière et considération devient un poids trop lourd à supporter. Il comprend qu’il s’éloigne de la réalité du plus grand nombre. Il met en danger son équilibre mental. Alors, il revient à son origine : ETRE humain.

sous-marin,aventures en mer,francis delphy

Les carnets de Francis Delphy sur www.francis-delphy.com

16/03/2017

Voyage vers un autre soi

DISSECTION (partie 1)

9 avril 2013

Je me pose la question, qu’aurais-je été si… ?  J’envoie Francis explorer les chemins possibles de sa vie. Face à ses épreuves, il ouvre son esprit à la Conscience Universelle. Il capte l’énergie du monde. Il s’élève, entraîne avec lui ceux qui acceptent de le suivre. Existe-t-il des chemins, des mondes parallèles ? Que sont les rêves ? Que veut dire, maintenant, hier, demain ? Le temps peut être lent, rapide ou anarchique. Se projeter dans un autre scénario possible me conduit en parallèle du temps présent. Aller librement dans un autre passé de sa vie, l’observer comme un spectateur. Savoir que l’on a pris une autre direction, soulagé, puis regarder sans regret vers le futur…

Francis ne sait plus se situer. Ne serait-il pas en train de vivre un « Possible » qui ne serait pas le bon ? Il s’accroche à ce qu’il croit être sa réalité. Wally, son ancre, sait le ramener à la raison, à son présent. Il l’aide à retrouver un esprit apaisé.

15 septembre 2013

Une folie fébrile attire Francis de l’autre côté du miroir. Envie de découvertes, d’interdits bousculés, d’amour absolu. Il accueille Wally sous son toit. La version officielle : « Je lui loue une partie de ma maison, trop grande pour moi seul. » La version réelle : « Tu es ici chez toi. Pose ton rasoir à côté du mien, et partage mon lit. » Tant pis pour les autres. On saura bien donner le change. Etre de bons amis, quoi de plus banal… Mais quand le quotidien professionnel les réunit dans un sous-marin de douze mètres de diamètre sur cent-trente mètres de long, entourés d’un équipage de cent vingt personnes, l’expérience devient difficile.

Toujours courageux, téméraire, même insouciant, Francis se lance dans l’inconnu sans se retourner. Il avance de découvertes en surprises. Certaines l’écorchent ou le blessent en profondeur. Il soigne ses plaies dans les bras de Wally. Il se rassure à travers le rire de sa fille, qui vient compléter son étrange famille. Elle accepte son vrai père avec simplicité. Elle aime la franchise des deux hommes qui prennent soin d’elle. Ils l’accompagnent et la soutiennent dans sa croissance. Ils sont tantôt copains, tantôt conseillers, pères bien sûr, un peu sévères parfois. Juste ce qu’il faut. Jenny se soumet. Elle les respecte. Elle connait leur histoire, leurs ornières, leurs sombres tunnels et la lumière qui les guide.

2 décembre 2013

Je m’interroge sur les différents niveaux de l’existence. Le corps physique reste un véhicule, un aspect visuel qui nous permet d’expérimenter la vie matérielle. La pensée, l’esprit, se définit plus difficilement. Où commence la vie ? Cette question occupe les physiciens depuis longtemps. Elle préoccupe Francis quand les expériences sur l’infiniment petit, réalisées à bord du Poséidon, le touchent de trop près.

La fragilité de l’instant présent l’ébranle. Il veut continuer de croire qu’il existe une puissance supérieure, créatrice du monde tel qu’il nous entoure. Le marin aguerri prie quand il est désespéré. Il appelle l’Energie Universelle. Surtout quand il le juge nécessaire… mais pas toujours. Il y a des règles. Parfois, il ne les observe pas. Et il s’en veut.

Francis aime tout ce qui existe. Les plantes, les animaux… sauf les araignées. Et les humains ? Tous, il n’y arrive pas. Même quand il sait pourquoi il les trouve détestables. Après tout, il n’est pas parfait, il se dit. Oui, Francis fait de son mieux. Sinon, c’est lui-même qu’il ne respecte pas. Il trouve déjà bien assez de raison de ne pas accepter ce qu’il est. Il trouve plus facile d’aimer les autres. Surtout Wally, et Jenny. On ne se refait pas…

sous-marin,aventures en mer,francis delphy, bande dessinee, dessins

05/03/2017

BD 26: Cobaye de laboratoire, en ligne!

Fans et amis de Francis Delphy, les nouvelles sont bonnes!

 

Vous trouverez sur son site:

www.francis-delphy.com

- Tout de suite: une nouvelles bande dessinée de 186 pages en lecture gratuite.

-  et dès fin mars 2017: de nouveaux extraits des carnets 31, 44, 45 et 46.

- ainsi que des croquis et dessins inédits...

sous-marin,aventures en mer,francis delphy, bande dessinee, dessins

A bientôt pour la suite de mes notes perso sur la création de l'univers de mon sous-marinier préféré.

Bien à vous.

Carine

20:44 Publié dans Blog, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

31/01/2017

Ecrire à tout prix

CONSTRUCTION

5 novembre 2012

Je suis stimulée, presque contrainte, à écrire tous les jours, car les événements suivis par Francis Delphy se déroulent au même rythme que les miens. La chronologie est exacte, au point que chez lui, nous sommes le 5 novembre 1978. Nous avançons en parallèle, au rythme des saisons, jours après jours. Mais au fond de la mer, les saisons n’ont pas cours !

Si Jenny me permet d’avoir sur mon histoire un regard frais et candide, elle n’a pas un rôle majeur. Francis me correspond mieux qu’elle. Je pense que Jenny représente la fille que j’aurais pu être si j’avais mieux accepté ma féminité. Encore aujourd’hui, je trouve plus facile de penser « masculin ». J’aime avoir des copines, je les trouve sympathiques et jolies. Moi aussi, je m’applique à soigner mon apparence, mais c’est plus pour mon mari et pour les autres que je le fais. Je me sens vraiment moi qu’en habits pratiques, par exemple quand je promène ma chienne. Ensemble, nous partons en exploration. Même si les forêts que nous traversons n’ont plus beaucoup de secrets pour nous, nous trouvons toujours un arbre étrange, un oiseau moins timide, un nouveau sentier…

Mes rares souvenirs de voyage alimentent les décors des étranges lieux découverts par le Poséidon : une île, une cité sous-marine, un laboratoire, une ville, mes escapades en France maritime… Je les prends comme ils viennent, persuadée que mon inconscient sait mieux que moi où je vais.

J’ai le sentiment précis d’être guidée. Seule cette conscience que je perçois au fond de moi sait ce que va donner cette étrange construction. Je bâtis l’univers de mon personnage comme un puzzle. Des pièces réalisées sans impression de cohérence, comme des épisodes disparates. Et plus j’avance, plus je comprends que chaque pièce a un sens précis. Elles finissent par s’imbriquer parfaitement, mais je ne vois pas encore l’image finale. C’est d’ailleurs ce qui me fascine. Continuer cette création, avancer de découverte en découverte, curieuse d’en connaître un jour le résultat. Tout en espérant ne pas finir trop tôt, car l’exercice me plaît beaucoup !

21 janvier 2013

Le bureau dans lequel je travaille a été dévasté hier par un incendie. La précarité des choses m’ébranle. Je suis d’autant plus convaincue de ne rien remettre au lendemain. La vie parallèle que je partage avec Francis Delphy prend un sens nouveau. Je puise chez lui la force et la sérénité qui me manquent. Après tout je lui donne tout mon temps libre et ma création. L’échange est honnête. Nos chemins continuent, bien distincts, mais proches. C’est rassurant. Si je trébuche, je tends le bras. Je sais qu’il sera toujours là. Je ne veux pas qu’il disparaisse. S’il meurt, je meurs. Nous sommes liés depuis trop longtemps.

A la question : pourquoi Wally Baumann a été immédiatement attiré par Francis Delphy ? Je décris, comme lui, ma fascination pour ce sous-officier sous-marinier, sociable et trop empathique. Un homme au sourire facile, plaisantin, un peu rêveur parfois, et toujours prêt à rendre service, mais surtout très imparfait. Son instabilité de caractère, ses questions continuelles, ses craintes de ne pas réussir, les souffrances occultées de son enfance, et cette peur qui le hante trop souvent. La peur de la différence, de ne pas être assez aimé, de ne pas être reconnu comme il s’applique tant à se montrer : solide et compétent, viril et courageux. Il donne, mais il ne sait pas recevoir. Il n’attend rien des autres, si ce n’est du respect, de la reconnaissance. Il ne cherche pas l’amour. Aimer, ce serait ouvrir une brèche dans la carapace de son personnage si bien modelé. Il craint l’inondation dans son être le plus profond, celui qu’il refuse de connaître, et qui pourtant est le meilleur de lui-même.

Je construis en premier sa partie visible, pour mieux le décortiquer ensuite et comprendre quelles sont ses fondations. Je me plonge dans le subtile, le retenu, ces petits gestes répétitifs quand la gêne s’installe, ces mots qu’il se retient de prononcer pour ne pas ouvrir la porte à un flot de paroles interdites. Alors je reviens à Wally Baumann, l’ami rêvé, disponible, doux et mignon. L’homme qui préfère rester adolescent, candide devant les relations humaines, et incollable sur les sujets scientifiques qu’il étudie, assimile et analyse avec curiosité. Jeune, solitaire, bridé dans ses pensées les plus secrètes, il sent chez Francis Delphy une pudeur similaire à la sienne. Une sensibilité bien cachée, mais qui laisse filtrer une lumière magnifique dont Wally se nourrit. Il se ressource à son contact, il se révèle. Il offre à ce marin trop sûr de son image l’opportunité de devenir authentique. Il l’invite à se mettre à nu, corps et esprit. Un défi, une épreuve, une permission ? Francis voit en Wally un fruit défendu, superbe, appétissant, mais mortel. Le sous-marinier tient à continuer une carrière sans tache, sans vague. Il veut garder la fidélité de ses copains, la confiance de ses supérieurs, le respect de ses voisins, le regard neutre de la société et la compagnie occasionnelle de ces femmes libres dont il garde l’adresse. Mais il veut aussi être aimé, écouté, deviné et compris, caressé, enveloppé d’une confiance totale. Il pourrait conjuguer sa vie à deux, mais il a peur de changer.

Créer un tel bouleversement me permettrait d’oser un regard sur ma peur? Et si ses craintes rejoignaient les miennes ? En cherchant à comprendre ce que cache Francis, que vais-je découvrir sur moi-même ?

rancis Delphy, sous-marinier, aventures en mer, dauphins, écriture

17/12/2016

Souvenirs

 

REACTIONS

28 aout 2012

J’en reviens donc à mes souvenirs de petite fille, déjà très créative. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours lutté contre l’injustice et la cruauté. La souffrance des autres me transperçait au point de devenir la mienne. La voir jouée dans un film me faisait oublier le jeu de l’acteur et les trucages. Elle devenait réalité au point de me rendre malade et insomniaque. J’ai compris très vite que les films d’horreur et les thrillers psychologiques n’étaient pas pour moi. Mais je ne voulais pas montrer à ma famille ou mes amies cette sensiblerie exagérée, et je préférais faire semblant de supporter les images pénibles… en fermant les yeux. Longtemps, elles ont hanté mes nuits. Plus tard, je leur ai donné un sens. J’ai milité contre la discrimination, l’intolérance, l’incompréhension, en abordant dans mes bandes dessinées les sujets du handicap physique, de la maladie, de la violence, des animaux domestiques ou sauvages menacés ou maltraités… Pour moi, l’Amour est le plus fidèle des guides. Il rend beau celui qui l’accueille et le donne. Condamner certaines personnes parce que leur sentiment amoureux n’entre pas dans une norme basée sur la majorité me révolte. Se moquer de quelqu’un parce qu’il aime une personne de son sexe me dépasse. Celui qui critique la dame qui pleure le décès de son animal préféré me pousse à lui répondre : « L’amour ne devrait avoir aucune limite, si ce n’est le respect de la personne à qui il s’adresse. »

20 septembre 2012

Il y a 31 ans, je m’apprêtais à voir naître un nouveau personnage, que mon corps préparait depuis neuf mois. Un vrai. Ma petite fille. Pour Christelle, j’ai aussi voulu raconter des histoires. Donner paroles et images à ses personnages préférés dans de petits livres confectionnés spécialement pour elle. Après ses quatre ans, je l’ai encouragée à les lire elle-même. Pour l’aider, j’utilisais les mots de son vocabulaire, avec de courtes phrases. Assise par terre dans sa chambre, j’ai partagé ses jeux, plus féminins que les miens. Barbies, princesses, jolis habits, mais aussi animaux et petites voitures prenaient vie dans ses petits doigts. Je voyais en elle la fille que je n’étais pas vraiment. J’ai vécu avec Christelle une deuxième enfance avec émerveillement.  

Mon bébé a grandi. Moi aussi, dans ma tête… Pourtant s’y trouve aussi celle que j’étais.

Adolescente, j’avais déjà imaginé que Francis pouvait être le père d’une gamine comme moi. Aujourd’hui, le suivre et le connaître avec le regard de mes quatorze ans m’amuse. L’exercice a clarifié quelques zones floues de cette époque de ma vie encore pleine de promesses et de perspectives. Mais si le physique et le caractère de Jenny s’apparente au mien, au même âge, ce sont nos seules similitudes. Son histoire est plus sinueuse que la mienne. Elle est entrée, suite à un naufrage, dans l’existence bien réglée de Francis Delphy. A douze ans, elle découvre que son vrai père n’est pas mort en mer avant sa naissance, selon la version de sa mère. Francis, lui, se sent trahi par la mère de Jenny. Pourquoi ne lui a-t-elle pas annoncé que cette vie germait en elle ? Il aurait refusé ce nouveau contrat avec la Navy, alors que la guerre menaçait au Viêt-Nam, pour rester avec Daisy. Quand il est revenu au pays, elle était partie sans laisser d’adresse en emportant son secret. Combien d’histoires amoureuses se terminent ainsi sur un non-dit ou un quiproquo ?

Me voici donc intégrée physiquement dans le monde parallèle que je me créais déjà en 1975 : à bord d’un sous-marin très perfectionné, plus destiné à l’exploration et la recherche scientifique qu’à la guerre. Bien qu’il transporte torpilles et missiles au cas où… Une fille au milieu des hommes, dans un espace restreint, en pleine mer, à des centaines de mètres de profondeur. De quoi faire flipper ? Voilà matière à de nombreux sujets : la découverte d’un monde sous-marin mystérieux, l’aventure, l’anticipation, le suspens, l’étude sociologique des membres de l’équipage, l’évolution intérieure et spirituelle de Francis. Par conviction, je préfère impliquer le SSN Poséidon dans des missions à but écologique, scientifique ou humanitaire. J’aime aussi ce paradoxe d’imbriquer des technologies plus actuelles, considérées comme futuristes par ces marins d’il y a quarante ans. Oui, pour conserver intacts mes souvenirs d’adolescente, je garde l’atmosphère et le cadre de vie telle qu’il était à cette époque.

sous-marin,aventures en mer,francis delphy