Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2017

La mort n'est pas une fin

RESOLUTIONS

4 octobre 2014 :

Au fond, je désire simplement ETRE ce que je suis. Pourquoi toujours compliquer les choses ? D’où vient cette envie de ressembler à quelqu’un d’autre ? De croire qu’être différent nous rendra meilleur ? Arrêter de penser que chaque acte est jugé, que l’apparence doit se conformer à une image imposée par la majorité. Le besoin de normalité est-il nécessaire ? Peut-on se situer dans une société en gardant toutes nos particularités intactes? Se singulariser demande une énergie que je n’ai pas toujours. Se dissimuler dans la banalité est sécurisant, reposant. Mais depuis mon enfance, je n’aime pas le calme. J’écoute, attentive, le grondement de l’orage qui approche. Je savoure la musique qui sort de mes haut-parleurs.  Je guette la biche qui bondit hors des fourrés. Il est si difficile de ne pas bouger quand on me demande de rester sage. Même quand j’écris ou je dessine, tout s’agite dans ma tête. Mon corps ne tient pas tranquille plus que quelques heures. Alors, je sors, je marche, je grimpe sur les sentiers étroits, je cours juste pour sentir dans l’effort cette énergie qui m’habite.

J’ai besoin d’une cause à défendre. Quand je m’occupe des autres, je me sens utile, appréciée, intégrée. Je me distingue par mes actes. Pourquoi vouloir tant être entourée, …aimée ? Si je sens qu’un groupe me rejette, je souffre. J’imagine que mon image est laide, que mes paroles sont fades, que je ne suis pas digne d’intérêt. Alors, je me recroqueville comme une chenille bousculée. Je cherche en moi ce qui pourrait me changer en papillon éclatant de couleurs. Et j’ouvre les yeux sur la beauté du monde. Puis je les pose sur les moins chanceux. Les brimés, les persécutés, les handicapés. Je m’en approche. Je veux savoir ce qui les pousse en avant. Leur force devient mienne. Ma reconnaissance devant leur ouverture, leur simplicité, leur générosité ne m’a jamais quittée. La différence est une richesse, la discrimination un combat constant. La cruauté humaine n’aurait donc aucune limite ?

Francis lutte contre lui-même pour conserver la fraîcheur de sa relation insolite. Il mène aussi d’autres combats. La beauté et la propreté des océans qu’il parcourt est fragile. Avec Wally, il s’inquiète pour les espèces marines menacées.

28 décembre 2014

Notre espoir tenace a porté ses fruits. Mon époux travaille depuis trois mois dans un cadre agréable, et pratique le métier qu’il a choisi depuis son adolescence. Notre couple peut se reposer sur une meilleure stabilité. Avec un peu de réserve tout de même. Le passé nous a appris que tout peut arriver sans prévenir. Dans ce « tout », il y a hélas plus de moins que de plus…

Mais nous ne voulons pas y penser. La fin de cette année ponctuée d’épreuves approche. Nous gardons tout espoir pour la prochaine. Le réveillon est joyeux.

 

3 mars 2014

Mon papa vient de mourir. Diminué depuis des années par la pénible maladie d’Alzheimer, il a été terrassé par la grippe. Son corps a capitulé. Durant ces derniers jours, même si les mots ne trouvaient plus le chemin de sa bouche, je pouvais comprendre que la vie comptait encore pour lui. Ses respirations rares et saccadées me montraient ses efforts ultimes pour résister, et rester. Mais son ennemi n’en est pas un.

La mort est un passage. Entrer dans l’inconnu nous effraie tous. C’est humain.

Circuler dans une ville étrangère, s’intégrer dans un nouveau groupe de personnes, entrer dans un immeuble immense dans lequel il faut se diriger…  Mais une fois la porte passée, imprégné de notre nouvel environnement, la peur nous quitte. Le concret nous stimule. A réagir ou à nous émerveiller. J’encourage Papa à avancer sur ce chemin, bordé de souvenirs. Je veux croire qu’il mène à la paix. Je lui demande d’emmener mon amour dans ses bagages, qu’il se libère de ses craintes, de ses frustrations, de ses chagrins. « Rappelle-toi de tes joies, de nos rires quand j’étais enfant, des plus beaux jours de ta vie…» L’homme amaigri, blanc de peau, aux rares cheveux, couché sur ce lit, dans cette chambre anonyme d’un établissement gériatrique, n’a plus sa place parmi les vivants. Je préfèrerais qu’il s’en aille. Mais je ne veux pas. Je n’ai qu’un père. S’il part, je serai amputée. Non, je ne le retiendrai pas. Je l’aime trop pour le détourner de son inéluctable destin.

Trois jours après la mort de Papa, pour me changer les idées, je vais voir sur internet le site de l’acteur qui m’a inspirée, il y a quarante ans, pour créer Francis Delphy. Je découvre son décès, il y a un peu plus de trois mois. Né le même jour que mon père, mais quatre ans avant lui. Je ne crois pas qu’il s’agisse d’une coïncidence. Même si je ne connais que son image, je pleure aussi. Les deux hommes qui ont marqué mon enfance ont quitté notre monde presque en même temps.

Faire son deuil. Accepter que la vie continue sans eux. Des souvenirs émergent et restent. Les émotions s’atténuent. J’ai les moyens de prolonger leur vie : écrire, dessiner, créer encore.

Francis Delphy, sous-marinier, aventures en mer, dauphins, écriture

13:59 Publié dans Blog, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire